Méthode Montessori : éduquer l’enfant à être autonome

Mamans et papas derrière l’écran de votre pc, smartphone ou tablette, aujourd’hui on vous parle d’un sujet très populaire dans le monde de l’éducation scolaire : la méthode Montessori.

On peut affirmer sans risque que c’est un sujet connu, du moins dans les grandes lignes, par la plupart des gens, avec ou sans enfants. On en a beaucoup parlé dans le passé et, aujourd’hui encore, elle peut faire l’objet de discussions : il s’agit en tout cas d’une méthode sans doute intéressante et révolutionnaire si on la compare aux méthodes pédagogiques traditionnelles. D’un autre côté, si elle est devenue célèbre dans le monde entier, il doit y avoir une raison, ne pensez-vous pas ?

Le mois de septembre est encore loin, et avec lui l’école, et vous n’avez pas l’intention d’interrompre ou de gâcher le moment de douce oisiveté typique des vacances ; cependant, il y a ceux qui ont de jeunes enfants et qui veulent en savoir plus sur les méthodes d’enseignement et qui sont peut-être maintenant en phase d’évaluation. Pour vous et pour tous les curieux en général, il peut être utile d’examiner le sujet de plus près.

La méthode Montessori, c’est quoi ?

Essayons donc de mieux dire en quoi consiste la méthode Montessori, en partant de l’histoire de qui l’a conçue.

Médecin, pédagogue, éducatrice, philosophe et scientifique, Maria Montessori est la créatrice de cette méthode d’éducation. Femme cultivée à l’esprit critique très aiguisé, Maria Montessori a donné vie à sa pensée pédagogique à partir de la critique de la “psychologie scientifique”, développée au début du vingtième siècle.

Ce qui rend probablement cette méthode si fascinante et révolutionnaire est le fait qu’elle place la figure de l’enfant au centre. Vous pourriez dire : quoi de neuf ? Après tout, même dans l’éducation “classique”, l’enfant est suivi de manière à ce qu’il se forme, étudie, interagisse avec d’autres pairs : tout cela pour qu’il devienne une personne responsable et équilibrée, grâce à l’orientation et à la supervision des adultes.

Maria Montessori intervient précisément sur les rôles des enfants et des adultes. Dans la méthode qu’elle a conçue, la situation semble être inversée : l’enfant doit être considéré comme un “enseignant”, un concept probablement presque inconcevable pour ceux qui se retrouvent à vivre avec des petits parasites à la maison. Blague à part, l’enfant assume un rôle tout à fait central : il est son propre maître car il apprend de son environnement et de ce que la nature lui offre pour sa croissance physique et psychique.

Dans ce contexte, la figure de l’adulte joue un rôle très différent de celui que l’on connaît habituellement. Les parents, les professeurs d’école et en général toute figure adulte qui interagit avec les enfants, plutôt que d’agir en donnant des ordres, doivent observer. Ce n’est que de cette manière que l’enfant se sentira vraiment libre de toute imposition et pourra se comporter en fonction de ce qu’il entend, de ce qu’il voit, de ce qui l’entoure.

La méthode de Maria Montessori est très structurée et prévoit des applications variées. Disons cependant que les points clés de cette pensée pédagogique qui a fait le tour du monde et qui est encore enviée par d’autres pays sont ceux que vous lirez ci-dessous.

Éduquer l’enfant à l’autonomie

Votre enfant doit être capable de tout faire par lui-même. Ne pensez pas que cela signifie être des parents irresponsables – loin de là ! Plus vos enfants font de choses par eux-mêmes, plus ils percevront tout ce qu’ils font comme une réussite et plus ils auront confiance en leurs propres capacités. Selon les mots de Maria Montessori :

“La mère qui nourrit son enfant sans faire l’effort de lui apprendre à tenir la cuillère ne l’éduque pas, elle le traite comme une marionnette. Apprendre à un enfant à manger, à se laver et à s’habiller tout seul est une tâche bien plus difficile que de le nourrir, le laver et l’habiller.”

L’enfant n’est jamais trop petit

Maria Montessori, affirme que l’âge n’est pas un facteur discriminant. Il n’y a pas d’âge correct pour apprendre, il faut simplement laisser les enfants faire des choses faciles, des choses adaptées à leur âge qui ne seront pas fatigantes ou impossibles.

Précision

Les yeux des enfants voient tout et sont attirés par les détails : apprenez-leur à ranger le savon lorsqu’ils se lavent les mains, montrez-leur comment mettre la table et ils s’engageront à répéter vos gestes avec une attention extrême.

Adultes = anges gardiens

Quels meilleurs mots que ceux de Maria Montessori elle-même pour expliquer ce concept ?

“L’enseignant doit réduire son intervention au minimum. Il n’est pas un professeur qui se lève sur son bureau et dispense son savoir d’en haut, mais il doit être un ange gardien, il doit veiller à ce que l’enfant ne soit pas entravé dans sa libre activité. Il doit beaucoup observer et parler peu”.

Aucune obligation

Veillez à ce que votre enfant ne soit pas obligé de faire quelque chose qu’il ne veut pas faire : respectez son temps et ses souhaits. S’il veut faire une sieste au lieu de jouer, laissez-le faire.

Mère Nature

Laissez votre enfant vivre au contact de la nature, laissez-le courir dans les prés, suivez son rythme et ne le limitez pas. La beauté de la nature le stimulera et l’aidera à développer son sens du toucher, de la vue et de l’ouïe.

La méthode Montessori est appliquée à tous les niveaux scolaires, de la maternelle au lycée, et est utilisée dans le monde entier.

Sur le plan pratique, la méthode exige que tous les espaces dans lesquels l’enfant se déplace soient meublés avec des objets et des meubles faits spécifiquement pour lui. Ainsi, les étagères, la chaise et le bureau seront de taille enfantine, le lit sera de hauteur réduite : tout sera fait de manière à être à la portée de … un enfant !

Les jeux sont nombreux : en plus de la classique boîte à lettres, adaptée aux enfants jusqu’à 3 ans (et que vous pouvez aussi construire vous-même si vous le souhaitez), on signale un autre jeu très sympa pour aider vos enfants à apprendre à distinguer les couleurs.

En disposant de 11 couleurs dans différents pots ou tasses et en plaçant des feuilles de papier blanches et colorées sur le bureau, l’enfant pourra essayer d’écrire et de dessiner sur les deux. Il découvrira par lui-même, par exemple, qu’en écrivant avec la couleur blanche sur la feuille blanche, il ne verra rien, ou qu’en écrivant en jaune sur la feuille bleue, il obtiendra une trace verte et ainsi de suite.

On vous laisse avec les mots de Maria Montessori, sans doute d’une grande inspiration.

S’il existe un espoir de salut et d’aide pour l’humanité, cette aide ne peut venir que de l’enfant, car l’homme est construit en lui.