L’alphabétisation seulement après l’âge de 7 ans ?

Des salles de classe sans tables ni chaises, où les élèves ne sont pas obligés de copier ce que le professeur écrit au tableau, de nombreuses œuvres artistiques, des peintures sur les murs et peu de lettres ou de chiffres autour. C’est ainsi que sont les écoles Waldorf. Sa plus grande force est de miser sur le ludique et de laisser libre cours à la créativité de l’enfant.

Enjeux de l’alphabétisation

Dans les autres méthodes d’enseignement, notamment les plus traditionnelles, le grand allié des débutants en écriture est le cahier d’écriture. Ceux qui ne peuvent pas écrire le nom dans cet espace défini entre deux lignes de la feuille peuvent voir la lettre classée comme un gribouillage. Le même processus ne se produit pas avec ceux qui étudient la méthode basée sur les études anthroposophiques de l’Autrichien Rudolf Steiner.

Selon ses enseignements, l’alphabétisation ne peut commencer qu’à partir de sept ans et la principale fonction de l’école, surtout dans cette période initiale, est de stimuler la pensée créative et artistique. L’enfant apprend par le jeu, qui est une action créative. Le temps de l’enfant est un temps de fantaisie. Elle joue tout le temps.

Par exemple, si elle prend une chayotte et qu’elle y plante une allumette, la chayotte se transforme en cochon ou en vache, explique le médecin et maître de conférences en formation de médecine anthroposophique, Ramulo de Mello Silva.

Une pensée intellectuelle morte sans fantaisie et sans invention n’est pas bonne. C’est une pensée qui se copie et se répète. “La formation de l’être humain doit enseigner comment être libre”, dit-il. Les apports des neurosciences à la pédagogie Waldorf sont nombreux, tout comme les controverses sur les méthodes d’enseignement proposées. Ramulo de Mello Silva (deuxième à partir de la droite) : ” La formation de l’être humain doit apprendre à être libre “.

Étapes de l’évolution

Pour l’anthroposophie, les trois premières étapes de la vie (0 à 7 ans, 7 à 14 ans et 14 à 21 ans) présentent certaines caractéristiques et l’environnement scolaire doit être façonné en tenant compte de ces phases. Actuellement, certains neuroscientifiques recherchent des preuves qui associent des processus cérébraux à chaque période.

Selon Ricardo Ghelman, pédiatre, médecin généraliste et membre de la coordination du Noyau de médecine anthroposophique (Numa), la petite enfance présente une surproduction de synapses, qui ne se forment que dans cette période de la vie : ce sont les neurones miroirs, créés pour stimuler la pratique de l’imitation. Il dit qu’après 7 ans, ils disparaissent en grande partie.

Pour Ghelman et d’autres anthroposophes, les sept secondes années de la vie sont caractérisées par la formation de synapses dans la zone préfrontale, ce qui différencie l’être humain des autres animaux. Dans cette phase, des relations plus affectives et rationnelles sont établies. Cette période se termine vers l’âge de 12 ans, lorsque le changement hormonal se produit chez l’enfant et que le cerveau se modifie.

La troisième enfance, qui dure jusqu’à l’âge de 21 ans, est une période très importante : le passage de témoin. “L’individu qui avait comme référence son père, sa mère et ses éducateurs va chercher la référence de lui-même”, dit Ghelman. À ce stade, nous ne pouvons augmenter les synapses que si nous avons des intérêts et des expériences. Ainsi, une pédagogie qui stimule l’intérêt pour le monde, pour les autres et qui utilise l’art pour ne pas le plâtrer, permet de former de nouvelles synapses, c’est-à-dire de nouveaux cerveaux.

Le neurochirurgien et spécialiste de la médecine anthroposophique Mauricio Baldissin est d’accord avec lui pour dire qu’il faut proposer des stimuli adéquats aux différents stades de l’évolution. À l’âge adulte aussi, il est nécessaire de maintenir ces stimuli pour produire une meilleure réponse immunitaire et un nombre plus faible de maladies chroniques”, dit-il.

Mauricio Baldissin, neurochirurgien : “Nous devons veiller à la stimulation et à l’expérience active des perceptions”.

Controverse : quand commencer à écrire ?

Les études du mathématicien et neuroscientifique français Stanislas Dehaene, auteur du livre Les neurones de la lecture, indiquent, par exemple, que la méthode d’alphabétisation la plus efficace est la méthode physique, celle qui enseigne les lettres par la correspondance phonétique de chacune d’elles. En ce sens, plus l’enfant commence tôt à faire ces associations, meilleurs sont les résultats.

La question du bon moment pour l’alphabétisation est souvent discutée. Des études menées par l’UNESCO indiquent que le fait de retarder ce processus peut nuire au développement de l’école. Selon le Pacte national pour l’alphabétisation à l’âge adulte du ministère de l’éducation, chaque enfant devrait être alphabétisé à l’âge de 8 ans.

Selon le Conseil national de l’éducation (CNE), un organisme lié au ministère de l’éducation (MEC), tous les enfants âgés de 4 et 6 ans révolus jusqu’au 31 mars doivent entrer respectivement à l’école maternelle et à l’école élémentaire. Cela signifie qu’il faut commencer le processus d’alphabétisation.

Pour les pédagogues liés aux écoles Waldorf, cependant, comme les personnes se développent en cycles de 7 ans, elles commenceraient à être alphabétisées plus tard que ce que défendent le MEC et le CNE. Pour cette raison, le sujet fait l’objet d’une énorme controverse.

Pour avoir une idée du problème, en 2013, le gouvernement de São Paulo s’est fixé comme objectif de faire en sorte que tous les élèves de l’État soient alphabétisés avant l’âge de 7 ans. Un nouveau test a été créé pour les élèves de cette tranche d’âge, c’est-à-dire ceux de la deuxième année de la première primaire. Les écoles Waldorf, quant à elles, contestent la décision de commencer l’alphabétisation à 6 ans, comme le souhaitent le ministère de l’éducation et le gouvernement de São Paulo.

En plus de toutes les discussions autour de l’alphabétisation elle-même, la question concerne également les performances. Il est important de noter que les cinq premiers du test Pisa, appliqué par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à des élèves de 15 ans dans 70 pays, sont : Shanghai, la Corée du Sud, la Finlande, Hong Kong et Singapour. Dans ces pays, tous les enfants sont alphabétisés à l’âge de 6 ans.

La théorie et les études

La théorie de Rudolf Steiner sur l’alphabétisation après le premier septennat est basée sur la période pendant laquelle le changement de dents se produit chez l’enfant. Une fois, la Fédération Waldorf m’a invité à chercher des arguments neurologiques contre l’alphabétisation précoce, car le MEC (ministère de l’éducation) ne changera pas le système au Brésil à cause du changement des dents.

Une découverte associée à la cause est qu’au septième mois de grossesse, encore dans la période embryonnaire, le cerveau commence à recevoir une gaine de graisse, la gaine de myéline, qui recouvre les neurones. Ce processus dure entre 6 et 7 ans. Par conséquent, la conclusion du processus de myélinisation coïncide avec la période que Steiner propose pour l’alphabétisation, rapporte Ghelman. L’alphabétisation stimule une grande partie du cerveau rationnel, pour un enfant de moins de 7 ans, elle entraîne une usure.

Baldissin considère qu’il n’existe pas de zone spécifique du cerveau pour l’écriture. La représentation cérébrale du processus d’écriture se forme au fur et à mesure de l’apprentissage. Cette représentation n’imprègne pas une certaine zone du cerveau pour former un “centre d’écriture”.

Cette déclaration est en contradiction avec certaines études menées dans le domaine des neurosciences, comme celles de Stanislas Dehaene et du groupe de chercheurs qui ont coordonné l’ouvrage Neuroscience : implications for education and lifelong learning, de l’institution britannique The Royal Society.

La gauche et la droite

La méthode pédagogique peut également être responsable de la stimulation du côté droit ou gauche du cerveau. Le côté droit est associé à l’imagination, à la créativité, à l’organisation spatiale, entre autres caractéristiques ; et le côté gauche est associé à la logique et à la rationalité, par exemple.

Notre culture hégémonique est celle du cerveau gauche. Être un grand étudiant en mathématiques est beaucoup plus apprécié qu’être un grand artiste. Si nous pensons à une pédagogie qui va à l’encontre de ce courant, c’est déjà un grand bien pour l’humanité”, souligne Ghelman.

Les neurosciences peuvent nous aider à comprendre que l’enseignement a une dimension beaucoup plus large que la simple connaissance”, conclut-il.