La physique qui rend la vie belle

Ce fut un plaisir de retrouver le chemin du physicien théoricien, chercheur brillant et dynamique, ainsi que vulgarisateur passionné. La lecture de son dernier ouvrage incite à réfléchir à de nombreux aspects de la science, de l’épistémologie à la théorie de la complexité, en passant par l’intelligence artificielle et la matière noire. le physicien a admirablement condensé le tout dans cette interview, après la lecture de laquelle vous aurez sans doute l’envie de vous procurer le livre : à lire petit à petit, chapitre par chapitre, comme on déguste, avec plaisir et lenteur, un bon verre de brandy à la fin du repas.

Théories et expérimentations

Vos recherches vont des théories quantiques à la théorie de la complexité, en passant par la cosmologie et le big data. Très récemment, vous avez publié un article sur la matière noire qui a suscité beaucoup d’intérêt. À tout cela s’ajoute une réflexion permanente sur la science et ses paradigmes. Ceci pour ne citer que quelques-uns de vos champs d’action. Dans le panorama d’une recherche scientifique de plus en plus sectorielle et spécifique, cette variété d’intérêts peut aujourd’hui surprendre : vous sentez-vous un peu comme un chercheur d’une autre époque ? Le vrai problème, c’est que l'”autre époque” dont nous parlons ne date que de quelques années.

Fondements théoriques et polyvalence

Il devrait être tout à fait naturel pour un physicien théorique de pratiquer une certaine polyvalence, aidé par l’unité profonde de la physique et la puissante “portabilité” de ses modèles. Par exemple, on a toujours été intéressé par les fondements des théories quantiques, ce qui est généralement un travail de “sous-échelle”, vous risquez de passer beaucoup de temps sur des questions pseudo-philosophiques ou mathématiques d’un impact relatif. Mais si vous le faites sérieusement, et non comme une “habitude philosophique”, vous ne pourrez pas éviter de franchir tôt ou tard des sujets frontières tels que les questions cosmologiques (l’univers est-il un objet quantique ?), la gravité quantique (la non-localité est-elle vraiment le dernier mot ?

Questionnements et problématiques

Quelle est la signification de l’échelle de Planck et la physique des particules. Gerard ‘t Hooft de Nobel est devenu un outsider simplement parce qu’il a suggéré que les trois questions ci-dessus ne sont pas une simple question d’interprétation, et surtout pas au sujet d’une discipline coincée en 1927, mais au sujet de l’avenir de la physique. Même chose pour les questions de complexité. Le thème de l’émergence se pose au sein de la matière condensée et des systèmes collectifs, du “more is different” d’un autre grand Nobel, Philip Anderson. Enfin – et c’est un trait de génération – pendant que les étudiants des cours avancés tentaient d’expliquer la théorie de l’électrofaible, les nouvelles générations de calculatrices (on se souvient de ma Texas 58 !) et d’ordinateurs personnels explosaient.

Interrogations et remise en question

On a donc grandi en nous concentrant sur le traitement de l’information et les simulations. Le défi du big data est fascinant, car aucune époque précédente n’a connu une telle quantité de données sur tout et la capacité de les traiter pratiquement en temps réel. L’important est de ne pas oublier que les données ne parlent pas d’elles-mêmes mais doivent être interrogées, une leçon familière aux physiciens. Puis la poussée générale vers une productivité hyper-spécialisée, accompagnée de la pression des médias, est devenue de plus en plus forte, et le résultat de certaines “réformes” universitaires douteuses, même parmi les nouvelles générations de physiciens, le poison de la compétitivité à court terme s’est insinué.

Comment est né votre intérêt pour les sciences et la physique ?

Suivez la dernière mode et le dernier tag, le reste ne compte pas. Beaucoup de jeunes aujourd’hui ont malheureusement une vision de la physique qui ne va pas au-delà de leur thèse. Et un climat de scientisme autoritaire n’aide certainement pas la bonne attitude qui devrait être “Nous sommes des scientifiques. Nous ne faisons pas de blog. On ne tweete pas. Nous prenons notre temps”. Simplifier à l’extrême de la philosophie. On s’est rendu compte que – hormis les penseurs qui animaient les passions politiques – les philosophes qui m’intéressaient le plus étaient ceux qui avaient un rapport avec la science. On croit qu’on a lu tout Russell.

Mais on craignait les mathématiques, ayant eu une éducation classique. Cela s’est avéré être un avantage considérable. Ayant peu de technique, on a abordé les cours de mathématiques avec l’attention et l’humilité qui s’imposent. On doit cependant dire qu’aujourd’hui on n’a aucune sympathie pour les physiciens qui se considèrent comme les héritiers naturels des philosophes. Ce sont deux sphères de connaissance qui dialoguent certes, mais les équations faciles ont tendance à mettre entre parenthèses le plus important : la spécificité des langues et des histoires. Sans cela, tout est pareil, et tout est inutile.