La physique quantique dans l’Antiquité

Le sceau VA/243 est un sceau akkadien du 3e millénaire avant notre ère, aujourd’hui conservé dans la Vorderasiatische Abteilung du Musée d’État de Berlin sous le numéro VA/243.

Si on regarde attentivement le sceau, on py voir, en plus des trois personnages, une étoile entourée de onze petits cercles de différentes tailles. Selon Sitchin, celui du centre représente le soleil tandis que les onze cercles sont les neuf planètes classiques, la lune et une planète X inconnue, appelée Nibiru, la maison des Dieux.

Cet article tentera, à l’aide d’éléments de physique quantique, appuyés par des textes de philosophes grecs concernant l’atomisme, de démontrer que ce sceau ne représente pas du tout le n’ système solaire. L’auteur n’est pas d’accord avec la théorie du professeur Sitchin lorsqu’il soutient que la civilisation sumérienne est le berceau de la civilisation moderne. Rien n’est plus faux. C’est nier l’existence de civilisations beaucoup plus anciennes que la civilisation sumérienne datable autour de 4000 avant J.-C. comme, par exemple, l’empire chinois et les peuples de la vallée de l’Indus qui ont des racines datables à 9000 avant J.-C.

De nombreux lecteurs du professeur Sitchin ont été fascinés par ses théories sur les collisions célestes titanesques, et ont communément accepté que le sceau représente le système solaire.

Maintenant que les esprits des scientifiques, des partisans et des opposants se sont calmés, maintenant que le sceau en question a été remis dans son étui, et maintenant que la science a atteint des objectifs qui semblaient insurmontables, il est temps de tout recommencer. Recommencez, alors, à partir de zéro.

Démocrite : co-fondateur de l’atomisme

Aristote, Platon, Leucippe, Démocrite, Épicure, Lucrèce. On peut les appeler “les pères spirituels de toute la physique moderne”. Ce sont les fondateurs de l’atomisme. L’atomisme, culture philosophique de la Grèce antique, est une orientation philosophique naturelle de caractère ontologique basée sur la pluralité des constituants fondamentaux de la réalité physique. L’ontologie est l’une des branches fondamentales de la philosophie. C’est l’étude de l’être en tant que tel, ainsi que de ses catégories fondamentales, il vient du grec lògos “discours”, donc littéralement il signifie “discours sur l’être. Les atomistes ont théorisé que le monde naturel est constitué de deux parties : les atomes et le vide.

Parmi eux se détache certainement le nom de Démocrite (Abdera, 460 av. J.-C. -360 av. J.-C.), élève de Leucippe, cofondateur de l’atomisme. Il est pratiquement impossible de distinguer les idées attribuables à Démocrite de celles de son maître. Démocrite est l’écrivain le plus prolifique parmi les présocratiques. Il est né après Socrate et est mort peut-être centenaire, alors que Platon était encore en vie. Parmi les élèves de Démocrite figurait Nausiphane, professeur d’Épicure.

Malheureusement, ses œuvres n’ont pas été conservées dans leur intégralité, et on n’en posséde que des fragments, mais elles sont plus que suffisantes pour dater les premières études, bien que de nature philosophique, sur l’atome dans la Grèce antique. Parmi ses œuvres, on trouve “La petite cosmologie”, “Sur la nature”, “Sur les formes des atomes”, “Sur les mots”.

Le nom de Démocrite est resté lié à sa célèbre théorie atomistique, considérée, même des siècles plus tard, comme l’une des visions les plus “scientifiques” de l’Antiquité. En effet, l’atomisme de Démocrite a été repris non seulement par d’autres penseurs grecs, comme Épicure, mais aussi par des philosophes et des poètes romains comme Lucrèce, ainsi que par des philosophes de la fin du Moyen Âge, de la Renaissance et du monde moderne.

Comme l’ont noté Theodor Gomperz et d’autres chercheurs, Démocrite peut être considéré comme le “père de la physique”, tout comme Empédocle l’avait été pour la chimie. Geymonat affirme que “l’atomisme de Démocrite a eu une fonction décisive, aux XVIe et XVIIe siècles, dans la formation de la science moderne”.

À la base de l’ontologie de Démocrite se trouvaient les deux concepts d’atome et de vide.

Les dieux et les êtres humains sont constitués d’atomes

Démocrite a, à certains égards, remplacé l’opposition logique éléatique entre l’être et le non-être par l’opposition physique entre l’atome et le vide. L’atome constitue l’être, le vide renvoie en quelque sorte au non-être. Pour Démocrite, l’atome constituait l’élément originel et fondamental de l’univers, ainsi que le fondement métaphysique de la réalité physique ; cela signifiait que les atomes n’étaient pas perçus à un niveau sensible (la réalité physique) mais seulement à un niveau intelligible, c’est-à-dire à travers une procédure intellectuelle qui décomposait et dépassait le monde physique-corporel.

Il convient de préciser que l’atome démocritique ne constituait pas en soi une pure intelligibilité, comme c’était l’idée de Platon, puisqu’il possédait une consistance matérielle essentielle. Il n’en restait pas moins une réalité intelligible puisqu’elle échappait aux sens et n’était saisie que par l’intellect. La réalité des atomes constituait pour Démocrite “l’archè”, donc l’être immuable et éternel. Les atomes étaient conçus comme des particules originelles indivisibles, c’est-à-dire qu’ils étaient des quantités ou des quantités primitives et simples (c’est-à-dire non composées), homogènes et compactes.

Face à la réalité de quelque chose (l’atome), Démocrite aurait admis l’existence d’une “non-chose”, le vide, le néant compris comme l’espace. Le vide de Démocrite n’indique donc pas l’existence du non-être, mais simplement l’absence de matière, coïncidant avec l’espace. La plénitude et le vide étaient donc les deux principes originels auxquels on pouvait rattacher l’existence de toutes choses : l’un se référait à l’autre, il l’impliquait nécessairement, puisque la réalité était le résultat de leur synthèse.

Les atomes possédaient le mouvement comme caractéristique intrinsèque. En effet, ils se déplaçaient éternellement et spontanément dans le vide, se rencontrant et se heurtant. Le devenir du cosmos et de la nature et la multiplicité des entités étaient dus précisément à ce mouvement incessant à partir duquel tout se formait puis se désintégrait. Le mouvement était donc une propriété intrinsèque et spontanée des atomes et, en tant que tel, il n’était pas généré par une cause extérieure à ceux-ci : spontanément, de par leur nature, ils bougeaient.

Quant au reste de la matière, l’âme (psychè), pour Démocrite, était constituée d’atomes, des atomes plus fins et plus lisses, de nature ignée. Ils pénètrent dans tout le corps et lui donnent vie et sont maintenus en lui grâce à la respiration, grâce aussi à cette capacité de vivifier, de faire penser l’homme, ils étaient considérés comme divins. Enfin, Démocrite soutient que les dieux sont constitués d’atomes comme les êtres humains, mais qu’ils n’interagissent pas du tout avec nous. Ce fait l’a fait considérer comme un véritable anticonformiste et athée, une véritable rareté à son époque.

Le lecteur attentif n’aura pas manqué plusieurs informations essentielles tirées des écrits de Démocrite.

Les atomes ayant du mouvement en eux-mêmes ont tendance à se rencontrer et à entrer en collision (ce qui conduit à la théorie de Sitchin sur la collision de Nibiru avec Marduk/Tiamat)

Les dieux sont faits d’atomes comme les hommes.

Les atomes pourraient être considérés comme divins par nature…

Les atomes sont considérés comme divins et indivisibles.

Les grandes révolutions scientifiques

Les grandes révolutions scientifiques sont souvent suivies de bouleversements philosophiques et sociaux. Les thèses de Copernic, par exemple, qui soutenait que la Terre n’occupait pas le centre de l’univers, ont déclenché un processus d’effritement des dogmes religieux et philosophiques qui a profondément modifié la société européenne au début de la Renaissance. La théorie de l’évolution de Darwin (des siècles plus tard), avec sa destruction de la croyance en un état biologique spécial des êtres humains, a produit des effets similaires. Enfin, les théories d’Einstein, avec l’affirmation que “tout est relatif”, ont donné un coup définitif à une certaine manière “absolutiste” de comprendre la science et la vie.

Dans ce contexte, il est étonnant que la plus grande révolution scientifique de tous les temps soit passée largement inaperçue du grand public.

Et ce n’est pas parce que ses implications sont de peu d’intérêt, mais parce que ces implications sont si choquantes qu’elles sont presque incroyables, même pour les mêmes scientifiques qui les ont conçues. La révolution dont on parle a été consommée, dans sa phase la plus “sanglante”, au cours des trente premières années du vingtième siècle et elle est connue sous le nom de Théorie quantique ou Mécanique quantique.

Fondements de la mécanique quantique

Née comme une tentative d’expliquer la physique des particules élémentaires, la théorie quantique s’est ensuite développée pour incorporer la plupart de la microphysique et une partie de la macrophysique. Aujourd’hui, parmi les événements alternatifs, on peut dire qu’il est (dans sa version orthodoxe) universellement accepté.

Bien que personne ne mette actuellement en doute son efficacité pratique, il existe encore d’importants groupes de chercheurs qui s’interrogent sur ses conséquences, en particulier lorsque ces conséquences sont étendues à la nature de la réalité.

La conclusion la plus choquante que l’on puisse tirer de ce qui a été dit jusqu’ici est sans doute celle qui affirme que la réalité n’est telle que si l’homme est présent avec ses “observations”, avec ses expériences.

Contrairement aux révolutions scientifiques précédentes, qui avaient confiné l’homme aux marges de l’univers, la théorie quantique replace l’homme (“l’observateur”) au centre de la scène. Certains scientifiques éminents sont allés jusqu’à émettre l’hypothèse que la théorie quantique a même résolu l’énigme de la relation entre l’esprit et la matière, affirmant que l’introduction de l’observation humaine dans les processus de mesure quantique est une étape fondamentale dans la construction de la réalité.

Malgré cela, ce manque d’intérêt apparent pour la physique quantique semble être dû non pas tant à la difficulté de ses règles (qui, en vérité, nécessiteraient une bonne connaissance des mathématiques pour être bien comprises) mais plutôt à ses implications idéologiques qui sont si déstabilisantes qu’elles ébranlent les fondements sur lesquels reposent tous les concepts scientifiques, philosophiques et éthico-religieux de notre savoir.

Maintenant que tout est silencieux, le sceau se présente à tout le monde à nouveau…

L’atome

Les atomes, quant à eux, sont constitués de trois types de particules plus petites : les protons, les neutrons et les électrons.

L’atome est constitué d’un noyau composé de protons et de neutrons, entouré d’une enveloppe d’électrons.

Les protons et les électrons possèdent une propriété électrique appelée charge. La charge est une grandeur physique qui peut avoir un signe positif ou négatif : les charges de même signe se repoussent, tandis que les charges de signes différents s’attirent.

Un proton et un électron ont une charge égale, mais de signe opposé : par convention, la charge des protons est positive tandis que celle des électrons est négative.

Les neutrons ont une charge neutre, c’est-à-dire nulle.

Ce qui se trouve au centre du symbole particulier du sceau semble être le noyau atomique avec ses électrons, et ceux-ci semblent conserver leur nature orbitale tridimensionnelle. La matière, la structure atomique qu’elle pourrait représenter est un mystère.

Afin de mieux comprendre le sceau, il est une fois de plus nécessaire de prendre note de ce que les philosophes grecs attribuaient aux mots en question.

En latin Atom est : Atŏmus ; c’est-à-dire, indivisible. Ici, les synonymes deviennent multiples ; Dieu-Man : Indivisible. ou : Tout et ainsi fait. Partout où il y a de la matière nous sommes et vous serez unis, en tout lieu.

Du latin tardif ” Indivisible ” est indivisibĭlis ; dans la physique ancienne, l’atome était considéré comme la plus petite partie de la matière et était considéré comme une entité.

Quant à l’étoile, ces lignes représentent la matière sous un point de vue ancien où elle était imaginée avec des crochets et des protubérances.

On croit que si ces dieux avaient voulu dire quelque chose à l’homme, ils auraient dit ceci. Les mathématiques, donc la physique, sont des langages universels.

La mécanique quantique a permis d’expliquer la structure atomique, ainsi que de décrire qualitativement les propriétés macroscopiques de la matière. Les extensions avec la relativité restreinte ont finalement permis d’obtenir un modèle cohérent de la structure nucléaire et subatomique. Certaines théories, comme la théorie des cordes, devraient pouvoir inclure la gravité et décrire le monde jusqu’à l’échelle de Planck.

Par conséquent, si l’on considère ces dieux comme des connaisseurs de la science et des mathématiques, de nombreux éléments les éloignent de l’interprétation du professeur Sitchin. La première d’entre elles est la découverte continue de nouvelles planètes telles que Titan.

Ces listes sont en constante évolution. Par exemple, Pluton a récemment été retiré de la liste des principales planètes. Mais il y a aussi Ganymède et Callisto qui font le double de la taille de notre lune. Sans compter que la surface d’Europa est entièrement constituée de glace, avec la possibilité d’y trouver des formes de vie.

Il y a des indications qui suggèrent que c’est le cas. Si l’on prend en compte les concepts de matière quantique et que l’on part à la recherche d’atomes et de particules en se basant sur le chiffre onze, la matrice de cette thèse nous conduit à des découvertes totalement inattendues et déroutantes.

Le sodium

Il existe dans la nature un élément qui peut correspondre au symbole du sceau sumérien vu comme un atome ou une particule et cet élément est le sodium. En soi, cela n’indique rien du tout, mais dans l’Égypte ancienne, elle était d’une importance vitale et faisait l’objet de nombreux travaux d’embaumeurs, qui, comme on le sait, apportaient un soin particulier à l’embaumement des dieux incarnés, c’est-à-dire les pharaons et leurs serviteurs de confiance.

Voyons en détail comment ils ont considéré le sodium.

L’atome de sodium (Na), dont le numéro atomique est 11, est un atome électriquement neutre et contient 11 protons et 11 électrons.

Premièrement, en astronomie, le sodium est relativement abondant dans les étoiles, y compris le Soleil et les espaces interstellaires. La raie spectrale de cet élément est parmi les plus importantes de la lumière des étoiles. Il fait partie des éléments les plus abondants et les plus répandus dans la nature (il occupe la sixième place dans l’ordre d’abondance), constituant au total (sous forme de composés correspondant à son état d’oxydation 1) 2,6 dans la lithosphère.

Le sodium est largement utilisé dans l’industrie chimique et pharmaceutique pour ses propriétés catalytiques. À l’état élémentaire, c’est un solide léger et brillant, avec des reflets roses lorsqu’il est fraîchement coupé.

Les historiens sont enclins à penser que l’embaumement a commencé en Égypte, mais qu’il était également pratiqué par les anciens Assyriens, Perses et Chiites.

Les Égyptiens considéraient la mort comme le passage vers une autre existence, mais cela n’était possible que si le défunt avait une tombe et si son corps restait presque intact.

Le pharaon est le roi de l’Égypte ancienne. Il est étroitement lié aux dieux, à tel point qu’il est considéré comme l’incarnation d’Horo sur Terre. En tant qu’intermédiaire entre les hommes et les dieux, après la mort, le pharaon devient Osiris, tout comme son personnage d’Horo.

Les médecins égyptiens étaient des experts, ils avaient étudié la façon de conserver les cadavres, ils avaient, en fait, réussi à développer une technique raffinée pour la conservation de ceux-ci : la momification.

La momification des corps et leur conservation avec les biens terrestres chers au défunt remontaient aux croyances égyptiennes d’une vie au-delà de la vie dans laquelle le défunt travaillait, rencontrait les dieux dont il avait été l’intermédiaire dans la vie, mangeait (on a trouvé plusieurs aliments dans les tombes) ; bref, les Égyptiens croyaient en une vie “réelle” et propre très semblable à la vie terrestre.

Le but de l’embaumement est simplement d’interrompre l’action bactériologique naturelle qui commence dans les heures qui suivent la mort et qui provoque l’altération du cadavre. Si ce processus peut être empêché, la décomposition cessera. Leur concept de l’au-delà était lié au désir de rester en contact avec le monde physique. Ils croyaient qu’ils utiliseraient leur corps pour l’éternité et qu’il recevrait une nouvelle vie.

Lors du travail d’embaumement (du latin balsamum signifie “mettre dans le baume”, c’est-à-dire dans un mélange de résines), après l’extraction des organes qui, après avoir été déshydratés, étaient placés dans des vases canopes et placés près du sarcophage, le corps était séché en le faisant tremper dans du natron pendant 40 jours. Puis le cadavre a été lavé et habilement enveloppé dans des bandages de lin. Le lin était ensuite recouvert d’une résine ou d’une sorte de substance caoutchouteuse qui servait de colle, et la momie était placée dans un sarcophage en bois de forme humaine très décoré.

La vision égyptienne du sodium est quelque peu mystérieuse. La bonne question est de savoir d’où ils tiennent leurs connaissances. On attribue au sodium des caractéristiques divines et stellaires.

Les liens entre ces différentes cultures sont unis par des mots aux significations perdues, mais il s’avère qu’ils proviennent tous d’une même matrice.

La matière rend les Dieux indissociables de l’homme, leur attribuant la pureté, la divinité.