La gravité existe-t-elle ou n’existe-t-elle pas ? C’est la question.

Le dilemme de la gravité continue d’investir le courant scientifique dominant, amenant de nombreux scientifiques à formuler différentes théories parmi elles. Depuis quelques siècles, la gravité est associée à l’histoire de la pomme qui est tombée sur la tête de Newton.

Cette histoire a été inventée par Stuckeley, un antiquaire et membre de la Royal Society, 25 ans après la mort de Newton, pour soutenir la thèse selon laquelle la célèbre loi de la gravité, apparue dans les principes mathématiques de Newton, était l’œuvre de Newton lui-même. En réalité, une correspondance entre Hooke et Newton a permis de découvrir que ce dernier avait été le premier à postuler que la force d’attraction d’un corps vers un autre est proportionnelle à l’inverse du carré de la distance. Mais malgré le plagiat et la petite histoire de Stuckley, peut-être inspirée par l’autre petite histoire de la pomme, la théorie de la gravitation de Hooke/Newton a montré une certaine faille dans la compréhension de notre univers physique. Le modèle Hooke/Newton, fondé sur l’action à distance et l’espace et le temps absolus, a ensuite été contredit par la théorie de la relativité d’Einstein.

Les prédictions de Newton.

Les prédictions de Newton se sont avérées incorrectes, tant en ce qui concerne l’observation de la précession du périhélie de l’orbite de la planète Mercure que la quantité de lumière déviée par la gravité. En outre, le concept selon lequel les masses gravitationnelles et inertielles sont identiques (ou du moins proportionnelles) pour tous les corps n’est pas expliqué dans la théorie newtonienne.

Einstein a développé une nouvelle théorie, appelée relativité générale (RG), dans laquelle il a inclus un modèle de gravitation. Dans la théorie einsteinienne, la gravité n’est pas une force comme une autre, mais la propriété de la matière à déformer l’espace-temps. La gravité n’est pas une interaction à distance entre deux masses, mais un phénomène médié par une déformation de l’espace-temps. La masse génère un champ gravitationnel qui déforme les lignes de l’espace-temps, courbant les géodésiques, et d’autres masses sont forcées de se déplacer sur ces orbites. Dans cette théorie, les orbites elliptiques des planètes s’expliquent donc par une courbure du tissu de l’espace-temps. Les calculs d’Einstein et de Newton, concernant les orbites des planètes, sont cependant sensiblement similaires. La théorie d’Einstein permet des calculs avec une marge d’erreur plus faible et parvient à expliquer les “anomalies” du mouvement de rotation de la planète Mercure autour du Soleil, mais elle reste encore incomplète et a été confinée au rôle de simple théorie. La théorie de la relativité générale ne dit rien des particules médiatrices de la force gravitationnelle, les gravitons.

Même dans la théorie de la gravité quantique à boucles, une théorie qui combine la RG et la mécanique quantique (MQ), une particule analogue n’est en fait pas envisagée. La RG ou la gravité quantique à boucles n’abordent pas le problème de la description unifiée de toutes les forces et excluent l’étude de l’espace-temps à 4 dimensions, ce qui a conduit de nombreuses personnes à les considérer comme des modèles très limitatifs pour l’observation de l’univers. La théorie des cordes est une tentative de réconciliation de la MQ avec la RG et élabore des modèles au-delà de 4 dimensions. Dans cette théorie populaire, il est dit que la force de gravité est transmise par le graviton, la particule hypothétique médiatrice de la force gravitationnelle. Cette supposée particule a une masse de 0, une charge de 0 et un spin de 2. Le graviton peut être considéré comme un élément quantique de la courbure de l’espace-temps et est associé à la façon dont une corde fermée vibre. Le paradoxe actuel de la gravité est que la science dominante tend à croire en l’existence de la gravité en tant que force médiée par les prétendus gravitons et que quiconque prétend ou démontre la possibilité de créer un effet d’annulation de cette force ; la science orthodoxe tend à nier cette possibilité.

En raison de cette curieuse tendance à la négation, quelqu’un a posé la question suivante : “s’il est possible de reproduire la force de gravité en son absence, pourquoi ne serait-il pas également possible de faire en sorte que l’exact contraire se produise, c’est-à-dire d’annuler ses effets en sa présence ?”

Paul Biefeld et Thomas Townsend Brown ont commencé ses expériences.

Dès 1923, Paul Biefeld et Thomas Townsend Brown ont commencé des expériences sur la gravité, découvrant une interaction entre la gravité et la charge électrique. Leurs recherches ont alors été classées comme des études sur l’électro gravitation ou l’effet Biefeld-Brown. De nombreux scientifiques considèrent toutefois que l’effet Biefeld-Brown n’est pas un véritable effet électro-gravitationnel mais un produit de l’ionisation de l’air (vent ionique). A juste titre on peut voir le verre à moitié plein ou à moitié vide mais le résultat ne change pas puisque l’effet gravitationnel est modifié. Si l’électro gravitation ne fonctionne pas directement sur le champ gravitationnel, il est évident que l’ionisation est une sorte de film de particules qui interfère avec la force de gravité, avec la courbure de l’espace ou avec ce qu’on pense être la gravité.

1951, l’ingénieur Thomas Townsend Brown publie dans Physics : observer des recherches sur un dispositif électrocinétique capable de vaincre la force de gravité. Mais même avant Brown, les études de Victor Schauberger et Richard Miethe ont été d’une importance fondamentale pour les recherches nazies sur les avions antigravité. Le principe de l’avion conçu par ces deux scientifiques est cependant différent de celui de l’électro gravité de Brown. En fait, on devrait plutôt parler du fameux effet Coanda, selon lequel un fluide a tendance à suivre le contour de la surface sur laquelle il arrive, si la courbure de la surface ou l’angle d’incidence du flux avec la surface ne sont pas trop accentués.

Cet effet a été découvert par l’ingénieur aéronautique Henri Marie Coandă qui l’a utilisé pour concevoir l’Aerodina Lenticulara, une sorte de précurseur de l’aéroglisseur. Dès les années 50, l’Institut d’études avancées de Princeton, l’École d’études mathématiques avancées de l’université de l’Indiana, la Fondation de recherche de l’Université Purdue, diverses universités d’Europe et du Japon et des entreprises telles que Glenn L. Martin Co, Lear Inc, Gluhareff Helicopter and Airplane Corp, Sperry-Rand Corp, Bell Aircraft, Laboratoires d’électronique Clarke et l’U.S. Compagnie générale d’électricité ont réussi à réduire le poids de certains objets jusqu’à 30%.

Cela peut signifier soit une conversion de la masse en énergie, soit un affaiblissement de l’effet gravitationnel. Aujourd’hui, de tels résultats sont également obtenus par de nombreux chercheurs indépendants qui font des expériences dans leur garage ou dans des laboratoires privés…Maintenant la question est : “si ces choses ont été faites depuis les années 50, que peut-on faire 60 ans plus tard ?”. Et comment se fait-il que l’on n’en parle pas maintenant, au lieu de prétendre que ce n’est pas possible ? La réponse semble assez évidente.

Bien sûr, quand on parle d’antigravité, on ne peut manquer de mentionner Nikola Tesla. Tesla était convaincu de l’existence d’ondes gravitationnelles et affirmait que grâce aux ondes électromagnétiques, il serait possible de modifier la gravité. Le génie serbe pensait que parmi les nombreuses sources d’ondes gravitationnelles, il y avait des systèmes d’étoiles binaires. C’est pourquoi, recréant dans des conditions contrôlées l’une de ces sources, il pensa qu’il était possible d’obtenir un générateur d’ondes gravitationnelles capable non seulement de soulever en vol un dirigeable sans propergol mais aussi de le pousser à des vitesses impensables proches de celles de la lumière.

Le magazine Mécanique populaire rapportait en 1997 qu’un groupe de chercheurs du Marshall Centre de vol spatial habité de la NASA à Huntsville achevait la construction d’un véhicule capable de réduire l’attraction gravitationnelle dans son voisinage immédiat. Quelques années plus tard, Edgar Fouche, ancien entrepreneur de la défense américaine et inventeur de Neurosynch MIME, a écrit dans un article sur la technologie TR-3B. Ce mystérieux avion supersonique américain utiliserait une technologie de perturbation des champs magnétiques basée sur un anneau d’accélération circulaire, rempli de plasma et générant un champ tourbillonnaire magnétique, qui interrompt ou neutralise les effets de la gravité sur une masse située à proximité. Grâce à cette technologie, l’avion devient si léger qu’il est capable d’atteindre des vitesses stupéfiantes avec une consommation minimale de propergol (l’existence du TR-3B a été confirmée dans plusieurs régions du monde et il a également été utilisé pendant la guerre en Irak).

Un système de propulsion antigravité a été proposé par le Dr Franklin Felber.

En 2006, le Dr Franklin Felber du Forum international des technologies et applications spatiales (STAIF) d’Albuquerque a proposé un système de propulsion antigravité. M. Felber, ancien directeur de recherche de l’Agence des Projets de Défense Avancée et actuel vice-président de Starmark, Inc. une société de conseil scientifique pour plusieurs agences gouvernementales américaines, a déclaré qu’en conséquence de la théorie de la relativité d’Einstein, toute masse se déplaçant à plus de 57,7% de la vitesse de la lumière projette devant elle une sorte de “faisceau antigravité” qui repousse les corps proches, et plus la vitesse de la lumière est proche, plus le faisceau est intense. De plus, il serait possible d’utiliser cette force de répulsion pour fournir l’énorme quantité d’énergie nécessaire pour accélérer une masse à une vitesse proche de celle de la lumière.

Dans la RG d’Einstein, la gravité est expliquée comme si c’était la masse qui courbait l’espace-temps. Einstein a donné l’exemple que plus la masse d’une planète est grande, plus ses habitants seront attirés par elle dans un puits spatio-temporel spécifique qui rend l’espace et aussi le temps local. Mais dans cette théorie, il n’a pas été tenu compte du fait que chaque planète ayant une masse possède également son propre champ électromagnétique et que ce champ pourrait exercer un effet d’aimant ou de répulsion sur les objets.

Si la Terre était un aimant de polarité négative, comme notre corps physique, elle aurait tendance à nous repousser de sa surface (essayez de rapprocher les deux pôles négatifs de deux aimants et vous verrez la répulsion à l’œuvre). Si la force de gravité n’était pas supérieure à la répulsion électromagnétique, on ne pourrait pas marcher sur la surface, mais si on renforce la répulsion électromagnétique, on pourrait arriver à un point où la force de gravité n’est plus capable d’exercer une force d’attraction sur nous et où un effet de lévitation serait créé.

De nos jours, plusieurs scientifiques critiquent le paradigme actuel sur la gravité et le lecteur de Science.

Il est étrange que la science ait fait de grands progrès dans de nombreuses directions, mais lorsqu’il s’agit de quelque chose d’aussi important que des transports plus écologiques, sûrs et gratuits, on est toujours coincés avec des inventions vieilles de plus d’un siècle.

Ce n’est que maintenant que les médias parlent de moteurs électriques, de moteurs à hydrogène, etc., alors que Tesla, en 1930, avait non seulement créé un moteur électrique sans batterie, mais semble avoir créé des machines qui se déplacent sans toucher le sol. En l’état actuel des choses, le courant scientifique dominant et les médias officiels n’en ont jamais entendu parler, et Hutchinson et Roach subissent le même sort.

Comme Tesla, ces inventeurs ont vu leurs brevets sur les technologies anti-gravitées saisis sous le couvert de la sécurité nationale, alors qu’officiellement leurs recherches ont été classées comme “impossibles”. Comme par hasard, l’antigravité est trop proche de l’énergie libre du point zéro, et cet adjectif “libre” est en contradiction avec l’hypothèse première de l’économie : être payé pour tout.