Appliquer la physique quantique aux processus de guérison

Une révolution est en cours qui touchera bientôt tous les aspects de votre vie. Elle a commencé silencieusement il y a presque un siècle dans l’esprit de quelques observateurs attentifs qui ont scruté le monde avec les yeux de l’imagination et ont vu quelque chose de plus : quelque chose d’absolument impossible et pourtant indubitablement vrai.

Changer leur propre chemin vers la guérison

Ce que ces hommes ont découvert, c’est qu’il s’agissait de changer leur propre mode de pensée, leur mode de vie et, peut-être plus important encore, leur propre chemin vers la guérison. Cette révolution a déjà touché ma vie. Les changements sont survenus de manière inattendue, comme un tremblement de terre, et ont déclenché une série de conséquences : une maladie mortelle, une guérison miraculeuse, un succès incroyable dans les affaires et la médecine, une incarcération dans une prison fédérale, une opération à cœur ouvert et d’autres miracles. Je suis un médecin formé dans la tradition médicale la plus renommée du monde, mais à l’automne 1989, toutes mes années d’études, de pratique et de théorie dans le domaine de la médecine se sont effondrées sur moi lorsque j’ai été soudainement frappé par une maladie incurable, invalidante et presque toujours mortelle appelée cardiomyopathie virale. Le pronostic était sans pitié.

La maladie est particulièrement mortelle chez les jeunes ; à l’âge de trente-trois ans, mon espérance de vie était tombée à seulement vingt-quatre mois. Je suis devenu invalide du jour au lendemain. Alitée et complètement dépendante de l’oxygène, il ne me restait pas grand-chose à faire à part lire, comme vous le faites maintenant. Si je suis ici aujourd’hui pour vous raconter mon histoire, c’est parce que ce que j’ai appris des travaux d’un physicien irlandais nommé John Stewart Bell m’a sauvé la vie, et peut aussi sauver la vôtre. Le théorème de Bell m’a fait découvrir le monde étrange de la physique quantique, où les principes de base de la vie quotidienne ne s’appliquent plus.

Les implications du travail de Bell m’ont frappé avec toute la puissance d’une révélation. À cet instant, j’ai soudain vu sous un jour nouveau nombre des questions médicales les plus épineuses. Cela m’a permis d’entrer dans le royaume des miracles. J’ai trouvé l’espoir. J’ai trouvé mon chemin vers le bien-être instantané. Et êtes-vous prêt à trouver le vôtre ? Tout dans l’univers, y compris votre corps, est composé d’atomes. Les atomes et les particules subatomiques qui composent les dix mille milliards de cellules de votre corps sont en mouvement constant et se déplacent presque à la vitesse de la lumière : 300 000 kilomètres (186 000 miles) par seconde ! Si notre corps fonctionne à la vitesse de la lumière à l’intérieur, c’est-à-dire à notre niveau fondamental d’existence, pourquoi ne le ressentons-nous pas à l’extérieur, là où nous passons nos journées à vivre au rythme douloureux et lent du commun des mortels ?

Pourquoi existe-t-il un fossé entre ces deux mondes ?

Nous ne ressentons pas la vitesse des opérations cellulaires dans notre corps pour la même raison que nous ne ressentons pas la vitesse de la Terre qui se déplace dans l’espace. En ce moment même, la planète qui se trouve sous vos pieds tourne autour du soleil à la vitesse incroyable de 66 780 miles par heure, mais vous ne le remarquez pas. Plus rapide encore est la vitesse de notre système solaire, qui traverse la galaxie à la vitesse stupéfiante de 487 353 miles par heure ! Et tu ne t’en rends même pas compte. Pourquoi ? Votre cerveau et le réseau neuronal qu’il contrôle forment le système de gestion des données le plus sophistiqué au monde, un système qui fonctionne systématiquement plus vite que tous les superordinateurs les plus rapides du Pentagone américain réunis.

Pourtant, même ce système de traitement raffiné aurait du mal à gérer le flux massif de données qui vous parvient chaque seconde. Votre corps a été brillamment conçu pour vous protéger de la surcharge sensorielle en plaçant cinq organes des sens entre vous et le monde extérieur. Nos cinq sens primaires (la vue, l’odorat, l’ouïe, le goût et le toucher) sont souvent appelés les portes de la perception. C’est une bonne définition. Nous recevons des informations par les sens, mais comme toutes les portes bien construites, elles sont étroites et ne laissent rien entrer d’un coup. Le travail des yeux, des oreilles, du nez, de la langue et de la peau consiste à organiser et à traduire la quantité massive d’informations que nous recevons du monde extérieur en fragments de données gérables. Sans une méthode efficace pour contrôler le bombardement de données entrantes, vous seriez constamment submergé et épuisé.

Votre cerveau est déjà trop occupé à traiter ses plus de cinquante mille pensées par jour pour gérer un flux continu d’informations sur la vitesse de rotation de la terre, sa trajectoire et le mouvement des particules subatomiques à l’intérieur de votre corps. Bien que la plupart d’entre nous limitent notre conscience aux événements qui se produisent au rythme relativement lent de la vie quotidienne, il est important de se rappeler que ce que nous percevons par nos sens primaires représente moins de 1 % de ce qui se passe réellement autour de nous, ou en nous. Et c’est le reste, ce qui se trouve juste au-delà de la portée de la perception ordinaire, qui fait vraiment la différence dans nos vies. Le philosophe grec Platon avait raison quand, en 440 avant J.-C., il observait que “l’invisible est plus grand que le visible”. Ce que les leaders spirituels les plus profonds ont compris depuis toujours, c’est que notre survie et notre évolution en tant qu’individus et en tant qu’espèce dépendent de la rapidité avec laquelle nous élargissons notre bande de conscience et de compréhension, car c’est dans le domaine de l’invisible que nous, les humains, pouvons le plus influencer notre destin et notre bien-être.

Mais comment pouvons-nous, êtres humains ordinaires, aller au-delà des limites de notre schéma sensoriel ?

Il y a mille ans, la réponse à cette question n’aurait été accessible qu’à un très petit groupe d’initiés dévoués, en quête permanente de vie spirituelle. Ce n’est plus le cas. Si vous lisez ces mots, félicitez vous. Vous vivez à l’époque de la plus grande révolution de l’histoire de l’humanité : la révolution quantique. Dans le classement des grandes avancées du XXe siècle, des événements tels que les voyages dans l’espace, le développement des antibiotiques et l’invention de l’ordinateur figurent souvent en tête de liste. L’histoire présentera notre époque de manière très différente. Dans deux cents ans, nos arrière-petits-enfants rendront hommage aux XXe et XXIe siècles pour les découvertes importantes et unificatrices qui ont nourri le domaine de la physique quantique.

Au début du XXe siècle, les physiciens ont développé deux systèmes différents pour décrire l’univers. Les astrophysiciens qui explorent les vastes étendues du cosmos ont établi un ensemble de règles pour expliquer les événements du monde à grande échelle (planètes, étoiles et galaxies), mais il leur manquait un modèle entièrement différent pour décrire le monde étrange du minuscule (atomes et particules subatomiques).Les physiciens quantiques ont relevé le défi et ont commencé à cartographier le petit monde de l’atome, où les événements impossibles sont la norme et où les règles du bon sens ne s’appliquent plus. Les physiciens pionniers qui ont exploré le domaine de la science quantique ont été stupéfaits par les implications de leurs découvertes. Même Albert Einstein, connu pour sa brillance et sa réflexion “hors des sentiers battus”, a eu du mal à dépasser les limites de la logique humaine et de sa propre formation scientifique newtonienne pour accepter le nouveau domaine absurde et étrange de la science quantique. Einstein était particulièrement troublé par l’idée que des paires de particules quantiques pouvaient être liées de telle manière que les mesures effectuées sur une particule affectent simultanément l’autre, quelle que soit la distance qui les sépare : un concept connu sous le nom de non-localité.

Si une communication a pu s’établir entre les particules séparées, cette communication s’est faite à une vitesse supérieure à celle de la lumière. Einstein pensait que c’était impossible. En 1935, discréditant la notion d’une connexion aussi étroite en la qualifiant d'”action fantôme à distance”, il s’est lancé, avec ses collègues Boris Podolsky et Nathan Rosen, dans une série de débats très médiatisés avec le physicien danois Niels Bohr sur ce qui est devenu le paradoxe EPR. La plupart des physiciens qui ont pris part au débat se sont rangés du côté de Bohr, mais il a fallu attendre près de trente ans avant que John Stewart Bell n’apporte une preuve mathématique, proposant de régler la question une fois pour toutes par des moyens expérimentaux. Enfin, en 1982, une équipe de physiciens français dirigée par Alain Aspect a réalisé l’expérience proposée par Bell.

Les résultats étaient concluants et irréfutables : Einstein avait tort. La vitesse de la lumière n’est pas la fin : elle n’est que le début. La non-localité régit l’univers quantique, ce qui prouve l’affirmation du physicien David Bohm selon laquelle nous vivons dans un univers unique et indivisible, uni et entier, quels que soient nos efforts pour le diviser ou le fragmenter. Il s’agit de la même vérité fondamentale inhérente aux enseignements de base de Krishna, Zarathoustra, Bouddha, Jésus, Mahomet et du Dalaï Lama. La non-localité nous fournit des preuves mathématiques concrètes qui confirment les enseignements spirituels que l’humanité tente depuis longtemps de mettre en pratique. Ce que vous faites aujourd’hui est important. Vos actions et vos décisions affectent tout et tous ceux qui vous entourent, où qu’ils se trouvent. Nous sommes tous connectés. Il y a une seule nation, une seule famille, un seul Dieu à servir et à contempler. Le reste n’est que sémantique.

Tiré du livre “Instant Healing” de Noah Mckay (Macro Editions 2010).